C’est aujourd’hui les journées du patrimoine, et nous avons remporté une première victoire. Suite à nos pressions sur les élus et les ministères, nous venons de recevoir confirmation écrite du Préfet de l’Hérault que l’Etat proposerai la vente du Jardin de la Reine à la municipalité pour la modique somme de 200 000 €. La municipalité devrait accepter.
C’est la promesse que cet espace naturel historique pourra continuer à s’épanouir au travers du projet que nous construirons ensemble.
Pour autant, ce n’est que demie bonne nouvelle. Le bâtiment historique de la vieille intendance, partie intégrante du Jardin des Plantes, reste en vente. Tout reste à faire pour sauver le périmètre historique de ce joyau patrimonial, et obliger l’Etat et les collectivités à assumer les engagements conjoints de restauration complète du plus vieux jardin botanique de France.
Il est symptomatique, en cette journée du patrimoine, que la question patrimoniale ne fasse l’objet d’aucune ambition forte. Elle est pourtant essentielle à la cité, à sa lecture, aux liens sociaux qu’elle permet de tisser dans le temps et l’espace.
Les collectivités n’ont pas fini de nous entendre leur rappeler cette impérieuse nécessité.

Publicités