Un lien historique s’est rompu, la passerelle du Jardin de la Reine n’est plus.

Dans la nuit du 15 au 16 juillet, les services de la ville ont fait procéder à l’enlèvement de la passerelle du Faubourg Saint Jaumes, qui reliait historiquement le Jardin des Plantes et le Jardin de la Reine, par le bâtiment de la « Vieille Intendance ».

EnlevementPasserelle

Outre l’état délabré et dangereux de la passerelle, cette décision est, paradoxalement, la conséquence de la première victoire de l’association de sauvegarde du Jardin de la Reine et de la vieille Intendance. En faisant racheter le Jardin de la Reine par la ville de Montpellier, la mobilisation citoyenne a conduit l’administration des domaines, en charge de vendre les deux biens de l’État, à scinder ce qui n’était qu’un seul lot, et à imposer à l’acheteur du Jardin l’enlèvement de la passerelle qui les reliait.

Parce que le bâtiment de la vieille Intendance est toujours en vente. L’État n’a pas abandonné l’idée de brader ce patrimoine historique.

Pourtant, ce bâtiment est d’une importance patrimoniale claire pour la ville et l’université. Il est, historiquement, le bâtiment de direction du Jardin des Plantes, le plus ancien jardin botanique de France, le lieu où tant d’innovations médicales et botaniques ont pu voir le jour, et faire de Montpellier une grande ville universitaire, et une grande place de l’histoire de la médecine.

La passerelle symbolisait le lien entre les deux parties de ce qui n’était qu’un même ensemble durant des siècles, en même temps qu’elle reliait deux jardins aux ambitions différentes, le Jardin des Plantes, lieu de recherche médicale et botanique, et le Jardin de la Reine, lieu d’expérimentation pour les fondateurs du Jardin des Plantes. C’est là que Richer de Belleval a conçu sa première « montagne » artificielle, testant la possibilité d’un écosystème équilibré et productif, fondant les principes de ce que l’on appellera des siècles plus tard l’agroécologie, l’agroforesterie, la permaculture, disciplines redécouvertes notamment dans le pôle agronomique montpelliérain, l’un des plus importants pôles de recherche mondiaux en agronomie, l’un des fers de lance de l’économie montpelliéraine actuelle.

La passerelle, lien symbolique, était aussi un pont entre l’histoire de la recherche montpelliéraine, son présent, et son avenir.

L’association de sauvegarde du Jardin de la Reine mettra tout en œuvre pour que le bâtiment de la Vieille Intendance ne soit pas vendu à des investisseurs privés, mais reste dans le giron public. Elle travaille à convaincre les collectivités et les universités de la pertinence d’un projet de réhabilitation qui conserve le périmètre historique du Jardin des Plantes, et qui soit le lieu où s’articule la recherche, la pédagogie, et la sensibilisation du public le plus large sur le colossal patrimoine montpelliérain en matière de recherche botanique et médicale, et son importance capitale pour l’avenir de la ville comme de la science. Ce bâtiment est au cœur de l’histoire de la Ville et de son identité.

L’association lancera en septembre une initiative citoyenne pour sauver la « Vieille Intendance ». Et lorsque nous aurons gagné ce combat, nous ferons reconstruire la passerelle. Promis.

 

 

ML180714

Midi Libre, 18/07/14

jardindelareineProgramme du Rendez-vous au Jardin du 1ier Juin 

Les ateliers et les visites sont limités à 20 personnes au maximum sur inscription. 

Soit par courriel : sauvonslejardindelareine@gmail.com, soit par téléphone: 06 82 35 35 48

9h 30

Ouverture du Jardin : possibilité d’inscriptions pour la journée

10h-11h

  •  Balade «à la découverte d’un jardin oublié» par Michel Valantin, ethnobotaniste

11h -12h

  • Création du premier herbier du Jardin de la Reine : «les arbres» par l’équipe de Sémilla (paysagiste, botaniste)
  •  Balade «à la découverte d’un jardin oublié» par Michel Valantin, ethnobotaniste

12h -14h

  • Visite guidée du Jardin. par un membre de l’association» Sauvons le Jardin de la Reine»

14h-15h

  • Cueillette et création d’un second herbier- «les arbustes» » par l’équipe de Sémilla (paysagiste, botaniste)

15h-16h

  • Cueillette et création d’un troisième herbier- « les vivaces et annuelles» » par l’équipe de Sémilla (paysagiste, botaniste)

16h – 19h

  • Visites guidées du Jardin par un membre de l’association» Sauvons le Jardin de la Reine»

Durant une longue période de 2014 à 2017, le Jardin de la Reine fera l’objet d’importantes études et travaux : état des lieux, mise en sécurité, études archéologiques et botaniques, cahier des charges pour définir un projet d’aménagement et réalisation de l’aménagement définitif. 

Durant ces 3 ans,  l’association a l’autorisation de prévoir des animations afin de faire connaître le jardin aux citoyens. les thèmes des animations seront liés à son histoire et à sa vocation première, la botanique.

 

En 2014, deux animations peuvent être prévues :

  •  Le 1ier juin : Rendez-vous au jardin avec la thématique l’enfant au jardin.
  •  Le 3ier week-end  de septembre : les journées du patrimoine.

      

Le 18 janvier 2014, La galette des rois a été l’occasion d’inaugurer le retour du jardin de la reine dans l’espace public. Malgré le temps maussade, cette rencontre a été un vrai moment de bonheur, de convivialité et de solidarité.

Le discours dHélène Mandroux, maire de Montpellier L'équipe du jardin

 

Protégé au titre des Monuments Historiques la vieille intendance est intrinsèquement liée au projet de mise en valeur du site classé du jardin des plantes dont elle constitue une composante indispensable au développement de ses fonctions d’accueil et d’administration.

Une rencontre pour la sauvegarde de l’ancienne intendance du jardin des plantes a eu lieu le 4 mars à l’atelier « la fenêtre ».

Une vingtaine de personnes y ont assisté.

Un diaporama a été diffusé présentant les différents aspects de l’ancienne intendance, et son évolution dans le temps et son état actuel.

L’ancienne intendance au 16ième siècle

vi_17°siècle

L’intendance de nos jours

vi3

La vieille intendance : Le lien du jardin des Plantes et du Jardin de le Jardin de La reine

lien_jdr_jdp_hamelin lien_actuel_jdr_jdp

 

En faisant abstraction de son aménagement en appartement des années 60 et de l’aménagement en archives de l’extension de 1950 ce bâtiment est sain et offre de multiples possibilités.

Les potentialités du bâtiment, son emplacement et son histoire ont vite orienté les participants sur son devenir.

Il est impératif que ce lieu  soit un lieu de valorisation du jardin des plantes de Montpellier, de l’histoire de la botanique médicale à Montpellier.

Dans ce bâtiment , il est prévu :

  • Un  accueil  digne du jardin des plantes, le plus ancien de France
  • Un salon de thé ou autres avec terrasse,
  • Des locaux techniques : Sanitaires, vestiaires,
  • Une boutique (revues, livres, objets à vendre , photos, copies des vélins,  …)
  • Une salle d’exposition numérique pour présenter l’histoire de la botanique à Montpellier
  • Un petit amphithéâtre ou une salle adaptée pour recevoir les écoles,
  • Des salles de réunions pour les chercheurs, les écoliers, des associations œuvrant dans le domaine de l’histoire de la botanique et de la médecine à Montpellier.

Ces réflexions rejoignent le projet élaboré en 2007 sous l’égide de la faculté, de la DRAC et de la DREAL, qui prévoyait en plus que ce bâtiment puisse accueillir le personnel administratif et technique du jardin des plantes  (Actuellement hébergé à l’institut de botanique) et un gardien…

Nous avons évoqué aussi :

  • la mise à jour du labyrinthe de Richer, qui se trouve actuellement sous les garages,
  • la destruction des garages et de l’extension des années 50,
  • la remise en état de la conciergerie afin de permettre la présence permanente d’un gardien.

Au conclusion, il a été décidé:

  • d’élaborer une étude de programmation sur l’utilisation de l’ancienne intendance. Pour cela, il est indispensable d’avoir les  plans.
  • De faire ensuite un appel aux jeunes architectes ou aux étudiants en architecture pour qu’ils nous  proposent des projets.

C’est aujourd’hui les journées du patrimoine, et nous avons remporté une première victoire. Suite à nos pressions sur les élus et les ministères, nous venons de recevoir confirmation écrite du Préfet de l’Hérault que l’Etat proposerai la vente du Jardin de la Reine à la municipalité pour la modique somme de 200 000 €. La municipalité devrait accepter.
C’est la promesse que cet espace naturel historique pourra continuer à s’épanouir au travers du projet que nous construirons ensemble.
Pour autant, ce n’est que demie bonne nouvelle. Le bâtiment historique de la vieille intendance, partie intégrante du Jardin des Plantes, reste en vente. Tout reste à faire pour sauver le périmètre historique de ce joyau patrimonial, et obliger l’Etat et les collectivités à assumer les engagements conjoints de restauration complète du plus vieux jardin botanique de France.
Il est symptomatique, en cette journée du patrimoine, que la question patrimoniale ne fasse l’objet d’aucune ambition forte. Elle est pourtant essentielle à la cité, à sa lecture, aux liens sociaux qu’elle permet de tisser dans le temps et l’espace.
Les collectivités n’ont pas fini de nous entendre leur rappeler cette impérieuse nécessité.

Jardin01

Le Jardin de la Reine, c’est un écrin de verdure en plein cœur de Montpellier. Propriété de l’État, il est pourtant fermé au public depuis deux siècles, et laissé à l’abandon depuis plusieurs années. Inscrit dans la liste des Monuments Historiques depuis 2009, il est l’une des parties historiques du Jardin des Plantes. Jardin de la Reine, il était le pendant du Plantier du Roi, ancêtre de notre actuel Jardin des Plantes, le plus ancien jardin botanique de France, joyau patrimonial de Montpellier et témoin privilégié de l’histoire de la médecine, de la flore, et de l’histoire de la ville.

Plan 19°

Annexé, ainsi que le bâtiment de l’Intendance du Jardin, par le Rectorat durant les 100 jours de Napoléon, il a été depuis cette date soustrait à la responsabilité de l’Université, servant de logement de fonction du recteur, puis du secrétaire général du Rectorat. Alors qu’il n’est plus occupé par l’Académie depuis plusieurs années, nous apprenons début 2013 qu’il n’est pas envisagé de le remettre à la disposition du Jardin des Plantes, mais que les services de l’Etat veulent vendre le bâtiment historique et le Jardin.

Riverains, amoureux des richesses historiques et de la biodiversité, nous refusons que ces joyaux soient vendus. La fin de l’occupation par le Rectorat est une occasion unique de réunir le périmètre historique du Jardin Botanique fondé par Richer de Belleval. Le Jardin de la Reine doit revenir aux montpelliérains et aux botanistes ! Aux collectivités locales, en charge du patrimoine, de la recherche, de la biodiversité, de la culture, de s’unir pour que ces richesses restent dans le domaine public.

Signez la pétition pour sauver le Jardin de la Reine !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: